Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Notre-Dame Saint-Jacques de Reims
Menu

Façade nord

Surmontés d'un pignon représentant une Annonciation les trois portails de la façade du transept nord sont dissymétriques et d'époques différentes.

 

"PORTAIL DES SAINTS" (v. 1220 - 1230)

 

 

Le Pape du trumeau, Saint Sixte 1er est entouré, dans l'ébrasement de droite, de Saint Remi et de Clovis accompagnés d'un ange et, dans l'ébrasement de gauche, de Saint Nicaise portant sa tête, de sa sœur Sainte Eutropie et d'un ange à l'encensoir.

Le tympan, surmonté du Christ entre deux anges, présente quelques miracles significatifs de Saint Remi (2ème et 4ème registres).
L'histoire de Job au 3ème registre vient s'intercaler, prouvant ainsi le remaniement du portail.
Au registre inférieur du tympan, Saint Nicaise apporte sa tête sur l'autel, comme une offrande à Dieu et Clovis est baptisé par Saint Remi.
Dans les voussures, patriarches et pontifes coiffés de tiares coniques, docteurs et évêques.

 

 

 

 


 

"PORTAIL DU JUGEMENT DERNIER" (v. 1225 - 1230)
Au centre le Christ bénissant, surnommé le Beau Dieu, est de plus grande taille que les six apôtres des ébrasements.

                                                 
dans l'ébrasement de droite, Saint Jean, Saint Jacques le Majeur et Saint Paul et dans celui de gauche, Saint Pierre, Saint André et Saint Barthélemy.
Le Jugement Dernier est développé au tympan. Le Christ, au sommet, montre ses plaies, il est entouré de la Vierge, de Saint Jean-Baptiste et de deux anges portant les instruments de la Passion.
Les défunts sortent de leurs tombeaux avant d'être jugés et, dans les registres inférieurs, à gauche, les élus ou les vertus et à droite, les damnés ou les vices.

Des anges portant les couronnes des élus ou sonnant les trompettes du jugement derniers, les vierges sages et les vierges folles ornent les voussures.
 

"La porte Pretiosa" (v. 1160 - 1170)

 

 

Ce portail roman était intégré dans la galerie du cloître des chanoines jusqu'au XVIIIe siècle.
Cet ensemble qui garde d'importants vestiges de polychromie, daté du dernier tiers du XIIe siècle, proviendrait d'un enfeu d'une ancienne sépulture dont on a réutilisé la partie supérieure pour décorer le tympan.
Les écoinçons et les voussures sont occupés par des anges; des clercs se trouvent sur le retour d'angle de l'arc.
De part et d'autre de l'archivolte : scènes de la liturgie des funérailles.